Plus de 50 ans ?

Cher Monsieur Baudelaire,
J’ai reçu ce matin un appel m’annonçant que ma candidature était retenue pour le poste de European Supply Chain Manager chez Farmnu, une boite autrichienne spécialisée dans la « corp protection » (cela m’évite de parler d’herbicides et de pesticides).
Vous avez bien lu : il s’agit d’un CDI (I, comme indéterminé). A 58 ans, 5 mois et 10 jours !
C’est l’aboutissement d’un processus commencé avec vous depuis près de 2 ans avec l’envoi de 2×500 CV, bientôt suivis d’une centaine d’autres (au total près de 2500) et qui ont déclenché 3 missions de conseil /audit logistique de 2 à 3 mois, et 30 entretiens en 20 mois.
Je n’oublie pas, en cet instant, le mal que vous vous êtes donné, et que vous m’avez appris, et que j’ai su – si brillamment – mettre en pratique jeudi dernier : ma présentation, que nous avons formatée ensemble, a été parfaite, dans un anglais fluent (je m’étais préparé plusieurs jours en avant, répétant, et répétant encore pour ajuster mon discours, du vrai théâtre ! ).
Le plus drôle, c’est qu’il me faut annuler une nouvelle mission de consulting en Allemagne, qui devait démarrer mardi prochain.
Je ne réalise pas encore ce qui m’arrive, un peu comme si j’avais gagné le jackpot de l’Euromillion. C’est en tout cas le triomphe de la persévérance que vous nous prêchez sans cesse, et un message pour celles ou ceux que vous accompagnez et qui pourrait douter !